Skip to content

On prend des nouvelles de Julie Angus

juin 3, 2019 By: Barry Chong

This post is also available in: English (Anglais)

À quels défis technologiques avez-vous été confrontée au cours des derniers mois et quelles mesures avez-vous prises pour les surmonter?
Nous nous sommes beaucoup concentrés sur l’élaboration de systèmes de communication et de diffusion vidéo en continu et en direct pour nos bateaux autonomes. Nos bateaux solaires peuvent naviguer en eaux côtières et loin au large des côtes, ce qui signifie que, parfois, ils seront dans des zones disposant d’une couverture cellulaire, mais que souvent, ça ne sera pas le cas. Nous avions donc besoin de créer un système qui leur permettrait une transition fluide vers la couverture par satellite, permettant d’avoir une communication continue, peu importe où ils se trouvent.

À notre connaissance, c’est une première dans l’industrie et nos bateaux autonomes sont uniques, ayant la couverture cellulaire 3G et 4G et la télémesure satellitaire. C’est un énorme avantage, nous permettant d’utiliser les communications LTE à large bande et faible latence près des côtes pour diffuser des vidéos en temps réel de nos caméras à 360 degrés et de transmettre des données océaniques en temps réel, ainsi que d’utiliser la communication bidirectionnelle par satellite lorsque nous sommes au large.
Nos essais à l’eau se sont avérés un succès, démontrant le contrôle efficace de notre bateau à partir d’un ordinateur à distance à l’aide d’un manche à balai et de la diffusion de la caméra en direct par l’entremise du réseau cellulaire. Cela signifie qu’un opérateur à distance peut piloter les bateaux n’importe où dans le monde (où il y a une couverture cellulaire), comme s’il était à l’intérieur du bateau. Un opérateur à Toronto peut essentiellement être transporté vers un bateau dans le port de Hong Kong, faire naviguer le bateau dans des voies navigables très achalandées, entièrement guidé par les caméras.
Nous bateaux ont un système d’interpellation bidirectionnel cellulaire unique qui nous permet d’avoir des conversations avec d’autres bateaux ou personnes qu’il rencontre.

Comment aimez-vous concilier les enjeux commerciaux (PI, embauche, gouvernance et autres) et le développement de la technologie?
Parfois, ça semble insurmontable. Il y a tellement de choses à faire et tellement de rôles à jouer, qui vont de remplir des demandes de subvention, à assister à des conférences, en passant par le recrutement du personnel et l’établissement de partenariats. Mais j’ai découvert que dresser une liste, établir des priorités et des délais appropriés rendent la situation plus gérable et j’arrive à tout faire.

Pouvez-vous fournir quelques faits saillants du dernier trimestre?
J’ai vraiment consacré mon temps à comprendre davantage la communauté marine et écotechnologique locale, ainsi que les gens qui achèteront éventuellement nos bateaux. J’ai assisté au Forum sur l’innovation dans l’Ouest à Vancouver, qui visait à rassembler des entreprises qui travaillent dans le secteur maritime et de la défense aérospatiale et j’ai rencontré un bon nombre de sociétés internationales de la défense lors des réunions interentreprises (B2B). C’était gratifiant de voir à quel point les entreprises étaient enthousiastes au sujet de notre technologie et les multiples applications qu’elles envisageaient pour elles-mêmes. Cela a ouvert plusieurs portes et nous explorons un partenariat avec une importante entreprise aérospatiale. J’ai également assisté au #BCTECHSummit et à la réunion Ocean Supercluster, qui m’ont tous les deux aidé à mieux comprendre la communauté et à en faire partie.

Au cours des trois prochains mois, qu’allez-vous chercher à faire?
Actuellement, nous développons nos systèmes de batteries solaires et de stockage dans des batteries et nous achevons nos systèmes de communication par satellite. En même temps, nous fabriquerons notre premier bateau prototype en composite en partenariat avec le Technology Access Centre du Camosun College et le Composites Research Network de l’Université de la Colombie-Britannique, ce qui nous permet de bénéficier d’une grande expertise et de beaucoup de matériel de ces institutions pour créer un bateau qui est renforcé et capable de résister à toutes les conditions océaniques.

Categories
Julie Angus