Skip to content

Une scientifique de premier cycle veut maîtriser l’entrepreneuriat

novembre 6, 2018 By: Monica Guan

This post is also available in: English (Anglais)

Nivatha Balendra a déjà accompli plus de choses que la plupart des gens en accompliront au cours de leur vie. Fière Montréalaise, Nivatha a découvert une bactérie et lui a donné son nom, a reçu le Prix du Forum économique mondial à la Foire internationale des sciences et de l’ingénierie d’Intel et a mis sur pied un organisme à but non lucratif qui offre du mentorat aux jeunes chercheurs.

Et dire qu’elle n’a que 22 ans!

 » C’est tout simplement surréaliste!, dit-elle à propos de son succès précoce. Je suis à la fois heureuse, reconnaissante et emballée!  »

Nivatha était à l’école secondaire lorsqu’elle a commencé à s’intéresser à la capacité mondiale de nettoyer les déversements de pétrole de manière durable. Grâce à ses recherches, elle a appris qu’il existait dans le sol certaines formes de bactéries (Pseudomonas fluorescens) qui produisaient des composés moléculaires capables de dégrader le pétrole de manière biologique. Remplie d’ambition, Nivatha a immédiatement commencé à prélever des échantillons de sol humide dans sa cour, aux abords du fleuve Saint Laurent. Croyant qu’elle avait trouvé une nouvelle souche de bactérie, elle s’est rendue à l’Université McGill pour procéder à un examen génétique des échantillons. Ce qu’elle a découvert était en fait nouveau. Nivatha a humblement qualifié ce moment d' » accident heureux « .

En septembre dernier, Nivatha a présenté sa découverte au Défi des femmes en tech propres, impressionnant un jury respecté, dont faisait partie l’auteure et entrepreneure légendaire Margaret Atwood. Contrairement à la majorité des détergents chimiques, la solution potentielle de Nivatha est complètement biodégradable et très abordable. Si elle est développée de manière appropriée, sa découverte pourrait permettre de tout nettoyer, depuis les bassins à stériles des sables bitumineux jusqu’aux déversements causés par des appareils de forage en mer. Lorsqu’on considère qu’une catastrophe comme le déversement de pétrole de la plateforme Deepwater Horizon de BP a coûté 62 milliards de dollars à nettoyer, la solution de Nivatha fait partie des solutions qui pourraient révolutionner l’industrie mondiale de l’énergie.

 » Il existe un besoin clair et criant pour cette solution dans le secteur des tech propres, affirme Nivatha. Je veux être la personne qui y répondra.  »

La jeune scientifique admet qu’elle est plus à l’aise de travailler dans un laboratoire que de courtiser des partenaires d’affaires. Mais c’est ce qui fait la beauté du Défi.  » Je ne m’étais jamais qualifiée d’entrepreneure avant de faire cette découverte, a-t-elle mentionné. C’est une formidable occasion d’apprentissage pour moi. Je pense que mon produit est la solution que le monde entier attendait.  »

Heureusement, Nivatha n’a jamais eu l’intention de ralentir…

Categories
Non classifié(e)